Rechercher
  • Anne-Fleur Andrle

VOYAGE - Le premier vol de Felix pour ses 3 mois

Mis à jour : 19 juil. 2019

Lorsque l’on est jeune parent, on est souvent partagé entre deux sentiments paradoxaux : d’un côté, on rêve de faire découvrir le monde à son enfant et de l’autre, on appréhende le jour où il faudra partir en expédition / voyage sans pour autant trop perturber le confort de bébé.


Et puis un jour, il faut se lancer ! De mon côté, le grand moment est arrivé pour les 3 mois de mon bébé : nous devions nous rendre chez mes beaux-parents à Buffalo (dans l’état de New York) pour quelques jours.


Les chutes du Niagara, à quelques kilomètres de Buffalo

Le premier questionnement par lequel nous sommes passés fut de savoir comment nous y rendre. D’habitude si nous sommes deux et que nous restons plus d’un week-end, nous sautons dans la voiture après le travail, dînons à Albany et arrivons un peu après minuit à Lakeview, chez les parents de Mike (mon mari). Oui mais 7h30 de route - sans compter les éventuels bouchons - c’est très long pour un bébé de 3 mois ! Avec les arrêts nécessaires, c’est facilement 12h de route.


En effet, il est recommandé pendant la première année de la vie de bébé de ne pas passer plus que 2h voire 2h30 d'affilée assis dans un siège auto. A chaque arrêt, on recommande de sortir bébé - même si il dort et qu’il est tentant de le laisser se reposer - de le changer, rafraîchir, étirer voire masser si vous en avez l’occasion (C’est a dire la place).*


Comme à l’époque nos nuits étaient encore un peu courtes, que le manque de sommeil accumulé au cours des 3 derniers mois commençait à se faire sentir et que ce voyage se décida un peu à la dernière minute, nous décidâmes de nous tourner vers l’avion. Une heure et quart au lieu de 7h30 (ou 12), bingo !


Le portage pendant le vol c'est royal pour se reposer tout en s'assurant du confort de bébé

Ceux et celles qui me lisent / suivent depuis un moment le savent, je voyageais énormément pour les affaires jusqu’à fin 2017. Aussi j’ai accumulé un grand nombre de miles (et autres points de fidélité) auprès de plusieurs compagnies aériennes. Bref me voilà à rechercher nos vols sur JetBlue, une compagnie particulièrement kid-friendly aux États-Unis.


Voici quelques leçons tirées de notre périple qui, je l’espère, vous aideront dans la préparation du vôtre :








1. Le choix de l’horaire du vol


Si nous avions bien le choix de partir à un horaire plus "décent", j'ai décidé de réserver un vol pendant la nuit de Felix afin de ne pas trop perturber son rythme. Il faut dire que Felix est un bon dormeur mais je ne savais pas à quel point partir en voyage et dormir dans un lit qui n'est pas le sien pourrait détraquer ses habitudes. Nous avons donc décollé de Boston à 22 heures et quelques pour atterrir vers minuit à Buffalo. Et Mike et moi avons été impressionnés ! Felix s'est endormi en bas de chez nous, et malgré un vol plus que turbulent, ne s'est réveillé que dans la chambre d'ami de mes beaux parents alors que je le mettais dans sa turbulette.


Au retour, j'ai opté pour un vol matinal. J'avais moins de choix sur ce vol mais Felix étant généralement assez matinal, cela n'a pas posé de problème particulier. Enfin, pas à lui car le réveil à 3 heures et demi du matin un weekend, ça pique quand même un peu, faut l'avouer ! J'ai décidé de changer sa couche mais de le laisser bien au chaud autant que possible pour ne pas perturber son sommeil à nouveau. Une fois arrivés à l'aéroport, je l'ai nourri et rhabillé dans la salle "mummy and baby" (voir plus bas).


2. Se rendre à l'aéroport



Un vrai casse tête ça ! Sans bébé on a l'embarras du choix pour des prix assez dérisoires mais avec un enfant en bas âge, d'une on ne voyage pas vraiment léger mais de plus se pose la question du siège auto. Alors comment se rendre à l'aéroport ?


Pour les habitants de la ville de New York, sachez que Uber peut vous dépanner. En effet, vous pouvez commander un Uber avec siège auto, même si attention tout de même car cela sera un siège vers l'avant pour un enfant de un an minimum, de 10 kg (22 livres) et 80 cm (31 inches). Pas pour les tous petits donc ! Il en va de même pour Lyft.


Des mamans nous ont recommandé ce service de taxi sur Boston, qui permet outre de commander son taxi à l'avance mais aussi de s'assurer d'avoir un siège auto approprié à tous les âges pour une somme dérisoire (moins de $10).


Mais finalement, puisque nous avions besoin de pouvoir nous déplacer sur Buffalo en voiture, nous avons décidé de voyager avec notre siège auto. D'autant plus que Jet Blue, la compagnie aérienne que nous avons choisie, les enregistre gratuitement. Notre siège auto nécessitant une base à placer dans la voiture, j'avais un peu peur que la compagnie aérienne rechigne à tout prendre mais pas du tout, bien au contraire. Le parrain de Felix nous a donc déposés à l'aéroport et une amie nous a récupéré lors de notre retour à Boston quelques jours plus tard. Sur Buffalo, nous avons installé notre siège auto dans la voiture de mon beau père sans souci.


Une dernière option aurait aussi été possible : louer une voiture sur place avec siège auto. Je ne l'ai pas testé mais cet article (en anglais) résume bien mes craintes (sécurité et historique de l'équipement ainsi que propreté).

Si vous avez testé ou prévoyez de le faire, racontez-moi, ça m'intéresse !


3. La valise de bébé : qu’apporter ?


On veut tous le meilleur pour notre petite merveille, cela va sans dire. Oui mais quand on voyage en avion, on est quand même un peu limité en place ! Alors qu'amener ?

Voici une liste de ce que j'ai apporté que j'ai amélioré au fur et à mesure de nos voyages. Attention ceci est adapté pour un bébé dont la nourriture n'est pas encore diversifiée. N'hésitez pas à partager vos astuces, je mettrais à jour l'article.




** UN SAC POUR L'AVION (ça marche avec les autres transports en commun)

  • de quoi changer bébé : on conseille d'avoir une couche par heure de voyage (même si on ne le change pas toutes les heures mais ça permet de gérer un éventuel retard par exemple ou une escale à rallonge). Si j'ajoute un paquet de lingettes, cela ne rentre pas trop dans ma démarche de limitation des déchets et je trouve ça bof pour la peau (Felix a une peau TRES sensible). Mais cela est tout de même très pratique pour lui laver les mains, laver notre tablette à bord, ou encore pour un change rapide entre deux turbulences dans les micro-toilettes de l'avion. Je prends aussi un ziplock rempli de carrés de coton et j'ai deux petites bouteilles taille TSA (1 ounce) remplie de liniment. À cela j'ajoute un "wet bag", ainsi qu'un rouleau de sachets plastiques si je ne peux jeter la couche facilement et enfin un petit tube de gel désinfectant pour les mains. Prendre aussi un matelas de change car on ne sait jamais ce que les précédents visiteurs ont fait avant qu'on arrive à la table à langer.

  • de quoi nettoyer bébé (et me protéger) : des bavoirs et des langes ! Personnellement, je trouve qu'on n'en na jamais assez. Le lange (ou les "burp cloth") pour mettre sur mon épaule et faire roter bébé, les bavoirs pour (à peu près) tout le reste.

  • de quoi garder bébé au chaud (et au sec): là je fonctionne par épaisseur. J'applique toujours la règle disant que bébé doit porter une épaisseur de plus que moi, et comme j'ai facilement froid en avion, j'y vais franco dans mes préparations. J'ai donc un change complet d'habits pour bébé (body manches longues, pantalon et/ou pyjama, chaussettes) mais aussi pour moi (!), un swaddle (d'emmaillotage) fin et une petite couverture plus épaisse. J'apporte aussi presque partout avec nous une grande couverture qui ne craint rien pour mettre au sol (à l'aéroport par exemple mais pas que) pour pouvoir jouer - mais lorsqu'il n'avait que 3 mois ce n'était pas vraiment nécessaire.

  • de quoi nourrir bébé : mon fils n'ayant pas encore commencé la diversification alimentaire, je n'avais "qu'à me soucier" du lait. Comme j'allaite encore, j'ai cette sécurité de savoir que j'ai toujours de quoi nourrir Felix mais n'étant pas toujours à l'aise en public pour allaiter, j'aime avoir quelques biberons sur moi. Pour ceci, j'ai mis un pain (?) de glace dans la poche thermos du sac à langer avec deux biberons "ready to go". J'avais aussi ajouté 2 sacs de lait maternel encore congelés, mais ils ont fini à la poubelle car sortis trop longtemps et j'allaite exclusivement la nuit - comme vous le sentez donc.

  • de quoi porter bébé : j'ai gardé Felix en écharpe de portage sur moi tout le temps à part pendant décollage et atterrissage (c'est interdit). Vraiment génial car ça permet de se reposer sans avoir peur de "faire tomber" bébé (par exemple) tout en sachant de bébé est bien à l'aise contre soi. Nous avons gardé la poussette jusqu'à l'embarquement et l'avons enregistrée à la porte. Nous avons la Uppababy Vista donc elle ne passe clairement pas dans les coffres à bagages en cabine mais ce n'était pas plus mal. En le faisant à la porte d'embarquement, cela garanti aussi de l'avoir à la sortie de l'avion. Si vous avez une Uppababy, prenez le sac de voyage si vous le pouvez. Du moment que vous enregistrez le produit avant de partir, Uppababy garanti votre poussette pendant le voyage et vous réparera donc la poussette gratuitement en cas de pépin. Cependant comme certaines d’entre vous me l’ont fait remarquer (à juste titre) ce sac n’est pas donné et tout le monde n’a pas une poussette UppaBaby. De mon côté on m’a donné le sac de voyage mais un ancien modèle (donc sans la garantie) et nous n’avons eu aucun problème. Ce qui est important c’est de couvrir votre équipement. Aussi l’enregistrement en porte d’embarquement permet de faire (un peu) moins souffrir poussettes et sièges auto. Pour le siège auto, nous avons utilisé un sac à mettre sous-vide pour habits (une sorte de ziplock géant) et c’est top car on peut y ajouter quelques petites choses de dernière minute au moment de monter à bord (couverture par exemple). Nous avons enregistré la base du siège à notre arrivée à l’aéroport pour ne pas être trop encombrés.

  • de quoi identifier bébé : si vous voyagez en domestique aux US, pas besoin de pièce d'identité jusqu'à 2 ans. Cependant la compagnie aérienne peut demander une preuve de l'âge de votre enfant. Dans notre cas, Felix ayant 3 mois ils n'ont rien demandé mais à priori ils le font quand ils ont des doutes sur l'âge. Une hôtesse nous a expliqué que certains parents changent la date de naissance de leur enfant pour les faire voyager gratuitement (car c'est gratuit aux US en dessous de 2 ans). Sinon passeport ou pièce d'identité seront nécessaires.

  • de quoi soulager bébé : son doudou, son hochet favori, sa tétine (et une de rab si elle tombe par terre), mais aussi du gel pour les dents par exemple et tout autre médicament nécessaire et/ou régulièrement pris par bébé. Aussi les décollages et atterrissages peuvent être très douloureux pour les jeunes enfants donc prévoir de quoi les faire téter pour soulager la douleur (tétine, sein, etc.). Felix n'a pas ouvert l'œil quant à lui !

** UN SAC EN SOUTE

  • de quoi nourrir bébé : des biberons, tétines, anneaux. Pour 4 jours, sachant que j'avais accès à une cuisine, j'en avais amené 8. Ne pas oublier non plus de quoi stériliser le matériel. Nous avons opté pour les sacs Medela car ils ne nécessitent qu'un micro-ondes, ce qui est très pratique et rapide.

  • de quoi tirer son lait si nécessaire (si votre voyage est long, peut-être à mettre en cabine)

  • de quoi habiller bébé : je compte généralement le nombre de jours oú nous partons que je multiplie par 3 et ça me donne le nombre de tenues que j'apporte (si je n'ai pas accès à une machine à laver). Chez mes beaux-parents je divise par deux. Puis j'amène un bonnet et/ou un chapeau/casquette. J'ai aussi presque toujours son maillot de bain et ses paires de lunettes de soleil.

  • de quoi couper les ongles de bébé : ah je sais ça peut paraitre bête mais leurs ongles poussent si vite ! Parfois le matin j'ai l'impression que Felix s'est battu avec un chat (je n'ai pas d'animaux à la maison) alors que ce ne sont que ses petits ongles.

  • de quoi changer bébé : j'amène assez pour deux jours et une nuit et au delà j'achète car c'est très volumineux et casse pieds à transporter je trouve. J'amène du liniment, j'en laisse une bouteille chez mes beaux parents souvent.

  • de quoi laver bébé : je fais livrer par Amazon son savon, son huile de massage, son lait pour le corps et j'ai fait livrer une baignoire chez mes beaux parents pour ne pas m'en inquiéter.

  • de quoi faire dormir bébé : une turbulette (ou swaddle ou autre accessoire magique pour dormir), et le rituel du coucher. Ici c’est bruit de fond (soit on amène une machine soit comme nous on télécharge une app pour le voyage), une petite lumière (j’amène cette petite veilleuse), un lit si nécessaire (j’utilise celui-ci pour nos voyages même si je ne l’ai pas amené en avion car il y en a un chez mes beaux parents) et tout autre attirail permettant à bébé (et donc ses parents) de passer une bonne nuit.

4. Tirer son lait, allaiter et voyager.


The nursing lounge in the Buffalo-Niagara Airport

Mamava

Une application est fantastique et s'est avérée très utile pendant les différents voyages que nous avons fait depuis la naissance de Felix. Mamava. Besoin de tirer votre lait ? Besoin d'allaiter ? Pas forcement pour se cacher mais pour être au calme. Cette app permet de trouver les lieux propices partout aux US et Canada. Sachez que tous les aéroports en proposent ainsi que tous les Target. L'app est gratuite et très pratique.


5. Ayez confiance ! En vous et en vos voisins ...


Pour finir, ayez confiance ! En vous, en bébé et en cette nouvelle aventure ! Vous avez oublié quelque chose ? Il y a peu de choses que vous ne pourrez trouver au supermarché du coin. De mon côté, j'ai du acheter des biberons supplémentaires ainsi que de la lessive peaux sensibles et sans odeur. Y a pire, non ?


Et dans l'avion, dites vous qu'il y a d'autres parents qui pourront vous aider également.



Bon voyage et profitez de ce périple !


* nous l’avons finalement fait pour Memorial Day week-end alors que Felix avait 5 mois (et spoiler alert : c’est beaucoup d’organisation !). A lire dans quelques jours.







©2020 by Anne-Fleur Andrle. Proudly created in Somerville, MA (USA)